Mort tragique de Daphné Toumbanakis, qui a été frappée lundi dernier alors qu’elle entamait un voyage à vélo à travers le Canada.

En complément du triste accident survenu récemment (décès de Daphné Toumbanakis), je vous partage ici le texte publié hier par mon jeune ami Pascal-Olivier Dumas-Dubreuil sur sa page Facebook.



J'ai connu Pascal-Olivier à la Traversée des Laurentides (événement annuel de ski de fond, depui 45 ans) alors qu'il avait tout juste 15 ans à sa première TDL; Il a aussi traversé le Canada à vélo alors qu'il n'avait que 21 ans. Son texte, que je qualifierais d'essentiel, lui rend hommage, tout en décriant la dangerosité et l'absurdité de la culture "du char" au Canada.

Le texte de Pascal-Olivier:
"Je viens tout juste d’apprendre la mort tragique de ma collègue et amie Daphné
qui a été frappée lundi dernier alors qu’elle entamait un voyage à vélo à travers le Canada. J’offre mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.


J’ai eu la chance de côtoyer cette femme rayonnante dans diverses activités à l’UdeM, dans des cours de salsa et plus récemment à Bogotá alors que nous étions tous les deux en échange étudiant dans cette ville magnifique où elle a passé sa dernière année. Partout où elle allait, son sourire timide, mais contagieux remplissait le cœur de celles et ceux qui l’entouraient.

Daphné et moi partagions une passion commune: le cyclotourisme. Elle est décédée pendant le premier jour de ce qui devait être un voyage à travers le Canada. Ayant moi-même traversé le Canada à vélo l’été dernier, je peux témoigner du danger que représentent les routes canadiennes. Plus d’une fois, j’ai craint pour ma vie alors qu’un camion me frôlait l’épaule ou qu’un véhicule me dépassait à toute vitesse en me criant des insultes. La mort de Daphné ne doit pas être décrite comme un accident. C’est une victime de l’inaction politique et de la mentalité automobiliste voulant que le « char » soit roi. Sa mort, comme celles de tous les autres cyclistes décédés sur les routes canadiennes, aurait pu être évitée si des infrastructures avaient été aménagées pour les cyclistes dans les villes et entre les villes et que les mentalités avaient changé à temps.

L’engagement de Daphné dans de nombreuses luttes politiques était remarquable et a eu une grande influence dans les milieux où elle s’est investie. J’espère sincèrement que sa mort aura autant d’impact que sa vie n’en a eu.

Querida Daphnée, j’espère que tu pourras enfin faire du vélo en paix là où tu es maintenant. Cuídate mucho

« Quisieron enterrarnos, no sabían que éramos semilla. »"