PDA

Voir la version complète : Mais quel con !



eureka
02/05/2006, 01h00
J'ai une mauvaise expérience d'entraînement à partager avec vous.
Tant mieux si ça peut en faire réfléchir quelques-uns, surtout en début de saison...

La semaine dernière, je décide de faire une sortie, seul, à fond la caisse, pour tester ma PMA (puissance maximale aérobique) seuil au-dessus duquel, la respiration devient très difficile et l'acide lactique monte en flèche. C'est la mince zone rouge qui vous permet de rouler à votre vitesse maximum pendant plusieurs minutes.
Après 15 minutes d'échauffement sur terrain plat, j'accélère progressivement pour atteindre "la zone "... j'y reste de longues minutes...après quoi, je décide de transformer l'exercice en "contre-la-montre " pour voir ce que je peux faire sur ce trajet de 58 kilomètres.

Résultat : c'est le l'inconscience totale... J'ai terminé l'exercice à une moyenne de 158 pulsations/ minute... Ma fréquence cardiaque maximale est de 178...
Donc, j'ai passé près de deux heures à plus de 88 % de ma FCM...

Oui, et il s'est fait peur le con... Pendant les trois jours suivants, ma fréquence cardiaque au repos n'est pas redescendue sous les 100-110 battements/ minute... avec une impression de serrement à la poitrine. Mon pouls au repos est habituellement de 64... Mon corps n'arrivait pas à se remettre de cet effort. Tout est rentré dans l'ordre, mais j'ai bousillé une semaine d'entraînement...j'aurais pu bousiller bien plus...

Pourtant, j'ai lu pas mal de choses sur l'entraînement à vélo. Je sais ce qu'il faut faire, mais je le fais peu ou pas, comme plusieurs sportifs du dimanche qui pédale en fou pendant 500 mètres sur les pistes cyclables avant de ralentir complètement exténués !

Moi, je reprends l'entraînement progressif, celui que j'ai abandonné 3 semaines après avoir enfourché mon vélo cette saison. :rolleyes:

MartinV
02/05/2006, 08h00
T'es comme un jeune à casquette qui "bat" sa civic, sauf que toi c'est ton corps!
;)

R'fais pu ca!

lesagep
02/05/2006, 09h06
Je m'étonne un peu et je ne suis pas médecin ni physiologiste mais, il m'apparaît douteux que le haut niveau de fC que tu as connu résulte d'un seul entraînement en puissance. Normalement, c'est la conséquence d'une accumulation de fatigue, c'est du moins mon cas.

Je ne sais quel âge tu as, mais disons que pour certaines personnes, il n'est pas superflu d'indiquer une évaluation physique chez le médecin.

L'an dernier, un ami, ex-champion sur piste en Angleterre, un gars fort, gros rouleur et exeptionnel finisseur, a éprouvé un malaise cardiaque avant le départ d'une randonnée du dimanche.

Sa vie tiens de circonstances particulières car, c'est en raison de l'intervention rapide d'Isabelle, une autre vraie, et de surcroit infirmière en chef d'un centre hospitalier montréalais, ainsi que la chance inouie d'avoir une ambulance à 3 minutes de là, qu'on le retouve encore aujourd'hui avec nous.

L'année antérieure, c'est un cycliste qui ne se connaissait pas diabétique, mais qui l'a appris après une centaine de Km, en phase critique. Encore ici, la chance et les circonstances lui ont été favorables.

Un simple test sanguin complet sera révélateur de bien des choses.

Pierre LEsage

Taï-Chi 3/4
02/05/2006, 10h43
Eureka! j'ai déjà l'impression que tu as appris de tout ça. Voilà qui est bien. De plus, c'est humble de se traîter soi-même de con. Je croyais que cet envoi aller encore parler d'un pauvre cycliste brimé par une autre personne dans son entraînement.

Bon courage et suis une progression intelligente et respectueuse de ta machine corporelle.

Bonne journée,

3/4

velopop1
02/05/2006, 11h38
J'ai une mauvaise expérience d'entraînement à partager avec vous.
Tant mieux si ça peut en faire réfléchir quelques-uns, surtout en début de saison...

La semaine dernière, je décide de faire une sortie, seul, à fond la caisse, pour tester ma PMA (puissance maximale aérobique) seuil au-dessus duquel, la respiration devient très difficile et l'acide lactique monte en flèche. C'est la mince zone rouge qui vous permet de rouler à votre vitesse maximum pendant plusieurs minutes.
Après 15 minutes d'échauffement sur terrain plat, j'accélère progressivement pour atteindre "la zone "... j'y reste de longues minutes...après quoi, je décide de transformer l'exercice en "contre-la-montre " pour voir ce que je peux faire sur ce trajet de 58 kilomètres.

Résultat : c'est le l'inconscience totale... J'ai terminé l'exercice à une moyenne de 158 pulsations/ minute... Ma fréquence cardiaque maximale est de 178...
Donc, j'ai passé près de deux heures à plus de 88 % de ma FCM...

Oui, et il s'est fait peur le con... Pendant les trois jours suivants, ma fréquence cardiaque au repos n'est pas redescendue sous les 100-110 battements/ minute... avec une impression de serrement à la poitrine. Mon pouls au repos est habituellement de 64... Mon corps n'arrivait pas à se remettre de cet effort. Tout est rentré dans l'ordre, mais j'ai bousillé une semaine d'entraînement...j'aurais pu bousiller bien plus...

Pourtant, j'ai lu pas mal de choses sur l'entraînement à vélo. Je sais ce qu'il faut faire, mais je le fais peu ou pas, comme plusieurs sportifs du dimanche qui pédale en fou pendant 500 mètres sur les pistes cyclables avant de ralentir complètement exténués !

Moi, je reprends l'entraînement progressif, celui que j'ai abandonné 3 semaines après avoir enfourché mon vélo cette saison. :rolleyes:
Ça ne serait-il pas une réaction à la déshydratation??? il m'est arrivé exactement la même chose l'an passé, et quand je suis allé voir mon doc qui me connait bien et que je lui ai parlé de mon coeur il est parti à rire, il m'a dit de boire plus beaucoup plus............ce n'est jamais plus arrivé.
En tout cas c'est mon expérience, chacun réagit de différente façon.

eureka
02/05/2006, 20h22
Disons que je suis loin du genre à rouler la casquette à l'envers;)
A 46 ans, c'est plus de mon âge.
Je ne crois pas que l'incident soit dû à une déshydratation excessive. J'avais 2 bouteilles sur mon vélo, le temps était frais, c'était bien suffisant pour une sortie de deux heures.
Et pour Pierre, mes tests sanguins ont été faits il y a moins de 3 mois et tout était beau, exception faite du taux de triglycérides légèrement élevé.

Je sais que la puissance maximale aérobique atteint jusqu'à 95% de la FCM chez plusieurs coureurs...mais je suis loin d'en être un. J'ai tout simplement passé trop de temps en "zone 5" pour mes capacités selon mon cardiomètre.
Et comme vous dites, c'est une belle leçon d'humilité...

Ouais, il n'y a pas d'âge pour apprendre;)

woftam3
02/05/2006, 21h31
J'ai une mauvaise expérience d'entraînement à partager avec vous.
Tant mieux si ça peut en faire réfléchir quelques-uns, surtout en début de saison...

La semaine dernière, je décide de faire une sortie, seul, à fond la caisse, pour tester ma PMA (puissance maximale aérobique) seuil au-dessus duquel, la respiration devient très difficile et l'acide lactique monte en flèche. C'est la mince zone rouge qui vous permet de rouler à votre vitesse maximum pendant plusieurs minutes.
Après 15 minutes d'échauffement sur terrain plat, j'accélère progressivement pour atteindre "la zone "... j'y reste de longues minutes...après quoi, je décide de transformer l'exercice en "contre-la-montre " pour voir ce que je peux faire sur ce trajet de 58 kilomètres.

Résultat : c'est le l'inconscience totale... J'ai terminé l'exercice à une moyenne de 158 pulsations/ minute... Ma fréquence cardiaque maximale est de 178...
Donc, j'ai passé près de deux heures à plus de 88 % de ma FCM...

Oui, et il s'est fait peur le con... Pendant les trois jours suivants, ma fréquence cardiaque au repos n'est pas redescendue sous les 100-110 battements/ minute... avec une impression de serrement à la poitrine. Mon pouls au repos est habituellement de 64... Mon corps n'arrivait pas à se remettre de cet effort. Tout est rentré dans l'ordre, mais j'ai bousillé une semaine d'entraînement...j'aurais pu bousiller bien plus...

Pourtant, j'ai lu pas mal de choses sur l'entraînement à vélo. Je sais ce qu'il faut faire, mais je le fais peu ou pas, comme plusieurs sportifs du dimanche qui pédale en fou pendant 500 mètres sur les pistes cyclables avant de ralentir complètement exténués !

Moi, je reprends l'entraînement progressif, celui que j'ai abandonné 3 semaines après avoir enfourché mon vélo cette saison. :rolleyes:

L'an passée, je roulais a fond la caisse sur le circuit G.V quand tout a coup,
le bitume m'a sauté en plein visage.
Le réveil fut a l'hopital Charles Lemoyne, tout frais sorti d'un coma diabétique
avec un poignet cassé et "scratché" des pieds a la tete.
J'avais 46 ans.
Aujourd'hui,tout va bien et je controle tres bien.

bonne chance

Pierre

eureka
02/05/2006, 22h58
Merci de ton témoignage woftan.
Heureusement, tu te portes bien aujourd'hui...
C'est ce que je disais, il n'y a pas d'âge pour apprendre :D

Pour ceux que la pratique "intelligente" du cyclisme intéresse, je vous recommande la dernière édition (2005) du livre de référence du docteur Patrick Mallet: "cyclisme moderne, préparation et entraînement " aux éditions Amphora de Paris.
Ce monsieur très érudit observe et étudie la pratique du cyclisme depuis plus de 20 ans. Il a colligé des milliers de données sur des cyclistes de tous les niveaux. Il propose des méthodes d'entraînement axées sur la qualité et la récupération plutôt que la quantité de kilomètres qu'on avale... Très intéressant comme approche, très empirique... mais aussi un peu indigeste, j'aime mieux vous prévenir. Patrick Mallet est un médecin, alors les références sont nombreuses au métabolisme des protides, glucides, lipides... aux filières énergétiques, à la physiologie de l'effort. Mais une fois le vocabulaire absorbé, c'est un livre fascinant que même les meilleurs coureurs et entraîneurs d'ici auraient intérêt à consulter... Il nous fait comprendre le "pourquoi " et le "comment " de l'effort et quels résultats en espérer.

Ici, pas de recette magique... juste des faits, des analyses, des courbes graphiques pour appuyer les propos. 477 pages d'information bien corsée et tassée...
Pour les mordus, ou même les débutants qui ont soif de renseignements sur les méthodes modernes d'entraînement.

SimonMtl
18/05/2006, 22h54
Le seuil dont tu parles, juste avant l'accumulation rapide d'acide lactique est le seuil anaerobique. Le seuil aerobique est bien plus bas.

Take care!

eureka
19/05/2006, 23h41
Bonjour Simon,

Je ne veux pas te contredire, mais le seuil anaérobique, selon ce que j'ai lu, et vécu, tu ne peux pas le maintenir très longtemps. Quand tu arrives au stade anaérobique, ta respiration devient extrêmement difficile et ton rythme cardiaque s'approche graduellement de ta FCM. C'est en quelque sorte l'effort ultime du sprint, ou de l'effort que tu dois produire pour t'extraire d'un peloton qui roule à plus de 40 Km/h. Quelques minutes au plus... Le genre d'effort qui te permet de faire une échappée en espérant que ce soit la bonne pour finir dans les 10 premiers :D

À mon humble avis, le seuil supérieur aérobique te permet de rouler à vive allure, mais juste à la limite de cet essoufflement qui ne te permettrait pas de maintenir le rythme...un rythme parfait pour un contre-la-montre par exemple.

Salutations.

Claude274
26/03/2011, 07h31
Ah! On est à l'age de l'andropose! Avant les gars partaient et allait s'acheter une mustang décapotable. Maintenant on se dit qu'on est aussi bon que les jeunes et on pousse son corps!

Tu es resté trop longtemps dans la zone d'endurance critique haute. "À ce niveau, il faut produire un effort nettement plus important que celui du travail en endurance basse. L'organisme accumule davantage de fatigue, le taux d'acide lactique sanguin augmente, le cycliste est très proche de l'essoufflement qu'il atteint au seuil anaérobie. Le cycliste qui pourra utiliser 90% de sa PMA pendant trente minutes sera plus performant que celui qui n'en utilisera que 80% dans le même temps..." Christian Vaast. Les fondamentaux du cyclisme.

Dans le livre il y a un tableau qui explique que l'endurance critique se situe au-delà du 70% de la FC jusqu'à 90%. Le but est d'augmenter cette valeur vers la FC max. Probablement que rester à 90% pendant de longues minutes était trop pour toi.

claros20
26/03/2011, 08h29
J'ai une mauvaise expérience d'entraînement à partager avec vous.
Pendant les trois jours suivants, ma fréquence cardiaque au repos n'est pas redescendue sous les 100-110 battements/ minute... avec une impression de serrement à la poitrine. Mon pouls au repos est habituellement de 64...

Tachycardie et douleur rétro-sternale! Tu as manqué une belle occasion de te présenter à l'urgence; avec de tels signes et symptômes à l'arrivée, tu aurais trouvé que le système de santé est très efficace...
Tu dois maintenant consulter.

Felizecat
26/03/2011, 08h39
5 ans plus tard?

Hmm... ouais, il pourrait rencontrer un doc aujourd'hui.

;o)

yjder
26/03/2011, 10h56
Petit commentaire en passant.....

Je ne suis pas sur que 2 bouteilles d'eau en cours d'exercice seulement tiennent la route, si vous me permettez l'expression, pour un tel effort. L'hydratation ne concerne pas uniquement le «pendant», il y a aussi le «avant» et le «après» :rolleyes:

Et on doit aussi s'assurer d'avoir le bon mélange de remplacement...

Quant aux triglycérides c'est une valeur aussi importante à considérer que le cholestérol. Mais tu as surement dû tout brûler le surplus avec une run comme celle-là.

Avant:
hydratation abondante (saturation)

Pendant:
1 litre d'eau par heure
0/90mi eau, boire au 15mi
90mi/3hres eau glucosée + salée à 4-8%
Plus de 3hres: Mélange liquide / solides, gels

Après:
Remplacement du glucose et électrolytes perdus
Lait au chocolat, soya chocolaté
Mélange de jus
etc.

claros20
26/03/2011, 15h57
5 ans plus tard?

Hmm... ouais, il pourrait rencontrer un doc aujourd'hui.

;o)

Oui, 5 ans plus tard.
La maladie coronarienne peut être insidieuse.
Dans les années 1970, il y avait un américain (dont j'oublie le nom) qui faisait la promotion du jogging. Il en a parlé pendant des années, et il pratiquait ce sport de façon assidue.
Un jour, on a retrouvé son corps dans un fossé... La première manifestation de sa maladie coronarienne a été une mort subite.

Personnellement, je connais un homme, au gym, qui était venu me voir pour me demander s'il était normal qu'il ressente une pression dans la poitrine pendant qu'il courait sur le tapis roulant. Il s'entraînait pourtant depuis environ 50 ans. J'ai fait rapidement les démarches et j'ai été impliqué dans son évaluation; voyant les résultats de mon examen, je lui ai demandé de rester assis et d'attendre. J'ai téléphoné ensuite des collègues et tout s'est enchaîné. Résultat: 3 pontages aorto-coronariens.
Aujourd'hui, cet homme s"entraîne toujours, 6 ans après ses pontages...

yjder
26/03/2011, 17h14
Oui, 5 ans plus tard.
La maladie coronarienne peut être insidieuse.
Dans les années 1970, il y avait un américain (dont j'oublie le nom) qui faisait la promotion du jogging. Il en a parlé pendant des années, et il pratiquait ce sport de façon assidue.
Un jour, on a retrouvé son corps dans un fossé... La première manifestation de sa maladie coronarienne a été une mort subite.


J'oublie aussi le nom, ce gars là avait écrit un livre et j'utilisais ses programmes d'entraînement religieusement.

Ce que j'ai su par la suite, information non confirmée !!!, c'est que le gars était un adepte du fast food. Si la nutrition ne suit pas l'effort et vice versa c'est peine perdue.... bon oublions ici les maladies congénitales et la génétique... mais en général les gens se nourrissent mal, et je peux en témoigner. Encore il n'y a pas longtemps j'étais un de ceux-là :(

Maudit bon programme d'entraînement mais encore du surplus de gras après 7000km de vélo... pas normal l'affaire. En consultant je me suis bien aperçu ou le problème était... en avant de moi, en plein dans le miroir :o

claros20
26/03/2011, 21h17
Génétique: facteur irréversible.

Alimentation, tabagisme, hypertension artérielle, diabète et exercice: facteurs réversibles ou contrôlables.